traversée du passage de throng la dans les annapurnas

La traversée du col de Thorong-La

Situé à 5416 mètres d’altitude, le col de Thorong-La est le point le plus haut du tour des Annapurnas dans les Himalayas du Népal. Traverser le col, fut un vrai challenge et probablement un des moments les plus difficiles de ma vie.

Le tour des Annapurnas débute dans le petit village de Besi Sahar, à 1000 mètres d’altitude, puis suit un circuit dans le sens contraire des aiguilles d’une montre autour des Annapurnas, pour se terminer deux semaines plus tard dans la ville de Pokhara. L’ascension jusqu’au col se fait progressivement (environ 500 mètres par jour) sur une dizaine de jours afin de permettre une bonne acclimatation à l’altitude et être prêt pour le jour ultime où l’on doit traverser le très redouté col de Thorong-La.

Marijuana selfie near Jagat village

Au total, nous avons passé 15 jours à crapahuter dans les montagnes du Népal avec notre guide Kiran. Voici les étapes de ce voyage extraordinaire dans les Himalayas.

1. Randonnée jusqu’à Manang (3500m) : Les doigts dans le nez.

Cette première partie du circuit dure environ une semaine et traverse une grande diversité de paysages : chutes d’eaux, torrents, jungle luxuriante, villages, montagnes, mais aussi… champs de marijuana sauvage !

Chaque jour nous parcourions environ une vingtaine de kilomètres et marchions entre 5 et 7 heures. N’oublions pas que nous n’avions pas de porteur et portions donc sur notre dos notre petite maison de 12 kg… ce qui nous ralentissait pas mal ! Autant vous dire que le soir, nous étions morts de fatigue, à un tel point que nous allions nous coucher sur le coup des 20 heures (chose que je n’aurais jamais faite auparavant).

Marijuana saubage dans les himalayas dans le village de Jagat

Marijuana sauvage près du village de Jagat  à 1,300 mètres d’altitude dans les Himalayas.

Nomadic boys dans les himalayas à 3200 mètre d'altitude

Sébastien le randonneur près du village de Dhikur Pokhari – 3,200 mètres d’altitude

Sébastien admire la vue sur les monts anneigés des himalayas

Sébastien admire la vue dans la région de Thanchowk (2,500m)

Des yaks paissent dans la région de Manang à 3550 mètres

Des yaks paissent près de Manang à 3550 mètres d’altitude.

À partir de 3000 mètres d’altitude, nous commencions déjà à voir quelques pics des Himalayas :

Nomadic boys et le pic de Pisang dans les Himalayas

Sébastien admire le pic de Pisang dans les Himalayas qui atteint 6091 mètres.

Pic de Pisang Himalayas

Le pic de Pisang dans les Himalayas qui culmine à 6091 mètres d’altitude.

Vue sur le Mont annapurna quatre

Vue sur le mont – Annapurna IV, qui atteint une hauteur de 7,535 mètres.

Sébastien tente la traversée d'un pont suspendu des Himalayas

Sébastien s’aventure sur un pont suspendu près du village de Syange (1,100m).

2. Acclimatation dans le village de Manang à 3500m, cool !

Le mal des montagnes est un un trouble qui affecte la plupart des personnes pratiquant la randonnée de haute altitude. Il est lié au manque d’oxygène, typique des zones de plus de 3500 mètres. C’est aussi un sujet qui revient constamment dans les conversations entre randonneurs, surtout après avoir franchi la barre des 3500 mètres d’altitude.

La plupart des randonneurs du tour des Annapurnas passent deux jours dans le petit village de Manang situé à 3550 mètres, afin que leur corps s’acclimate à l’altitude. Cela ne protège pas complètement les individus contre les effets de l’altitude, mais cela aide !

Stefan et moi, ne ressentions pas encore les effets de l’altitude (mais je savais qu’à un moment ou un autre, j’allais recevoir ma claque !). Nous sommes tous de même restés deux jours dans ce petit village afin de mettre toutes les chances de notre côté pour la suite de notre épopée.

Petit-déjeuner dans le village de Manang avec un super vue sur les Himalayas

Petit-déjeuner dans le village de Manang avec une super vue sur les Himalayas – 3,540 mètres d’altitude.

Les symptômes du mal des montagnes varient selon les personnes : certains ne ressentent rien et d’autres se sentent tellement mal qu’il ont besoin d’être évacué par hélicoptère. Si vous souffrez de maux de tête, difficulté à respirer, extrême fatigue, nausées, vomissements ou perte d’appétits, c’est une manifestation du mal des montagnes.

Dans ce cas, ils faut stopper l’ascension, se reposer et boire beaucoup d’eau jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. Si cela empire, il faut redescendre immédiatement. Les symptômes disparaissent dès que l’on redescend de 500 ou 1000 mètres.

Nous admirons la vue sur les himalayas du village de manang

Sébastien, Stefan et leur guide Kiran admirent la vue sur le mont  Gangapurna (7454m mètres) et le dôme de glace (7069 mètres).

La chaîne de montage des Annapurnas

Vue sur la chaîne de montagnes des Annapurnas.

3. De 3500m à 4800m jusqu’au camp de haute altitude: dur, dur !

Après nos deux jours de « repos », nous continuons notre route jusqu’au village de Yak Kharkha situé à 4050 mètres d’altitude, puis le jour suivant jusqu’à Thorong Phedi à 4500 mètres d’altitude. Nous sommes entourés de montagnes gigantesques. Les vues sur les Himalayas sont à couper le souffle :

vue du Village de Yak Kharkha - tour des Annapurnas

Village de Yak Kharkha  – 4,050 mètres d’altitude.

montagne Gangapurna pendant notre tour des Annapurnas

La montagne Gangapurna et son pic de 7,454 mètres`d’altitude.

Temple des 100 lamas tour des annapurnas

Vue sur les Himalayas du temple des 100 lamas.

La végétation se fait rare et le climat devient de plus en plus aride. La nuit, lorsque les températures tombent en dessous de zéro, on est bien content de se blottir bien au chaud dans son sac de couchage.

Mont Annapurna IV dans les Himalayas

Le mont Annapurna IV  culminant à 7,535 mètres d’altitude.

Du village de Thorong Phedi, nous nous rendons au camp de haute altitude à 4800 mètres. La randonnée ne dure pas plus d’une heure mais c’est loin d’être une partie de plaisir.

C’est à ce moment là que je reçois ma claque ! Je suis exténué, j’ai mal à la tête, le moindre pas m’essouffle, et mon cœur bat la chamade. Je suis LENT. Je m’arrête toutes les 20 secondes pour reprendre mon souffle. Je n’en vois plus la fin. Je me retourne et derrière moi, je vois d’autre randonneurs escargots, comme moi. Certains sont de gros fumeurs, ils bataillent à respirer et toussent beaucoup.

Stefan quand à lui, est prêt pour son marathon. L’altitude ne l’affecte pas. Quelle injustice !

mal des montagnes tour des annapurnas

Sébastien atteint par le mal des montagnes durant notre ascension jusqu’au camp de haute altitude (4800 mètres).

Paysage rocailleux et désertique à 4800 mètres.

Paysage rocailleux et désertique à 4800 mètres.

4. La traversée du col de Thorong-La à 5416m : Quelle galère !

Le Jour J arrive enfin. Depuis le début de notre tour, nous ne pensons qu’à cela : le passage du col de Thorong La. Nos 10 jours d’ascension nous ont normalement bien préparé pour cette unique épreuve. Il faut compter environ 3 heures pour atteindre le col de Thorung La situé à 5416 mètres, puis 5 – 6 heures de descente jusqu’à Muktinah, village situé à 3800 mètres d’altitude. Au total, entre 8 et 9 heures de marche, une journée que nous ne sommes pas prêt d’oublier…

Camp de haute altitude circuit des annapurnas

La vue près du camp de haute altitude à 4,800 mètres.

La nuit fut courte, nous nous levons à 4 heures du matin, pour un départ prévu à 5 heures. La journée va être longue. Stefan reçoit enfin sa claque ! Le mal des montagne le gagne : Il se lève avec un gros mal de tête et se sent fatigué. Pour ma part, ma tête va bien, mais dès que je marche un peu, je m’essouffle. Je me sens vieux !

Sur les conseils de notre guide, nous buvons beaucoup d’eau. Kiran arrive même à persuader Stefan `de boire du Coca Cola pour faire passer son mal de tête. Et cela a marché !

Vue sur les himalayas camp de haute altitude nomadic boys

Petite photo souvenir prise la veille de la traversée du col de Thorong-La.

Nous sommes prêts ! La randonnée des escargots peut enfin commencer… La première chose qui me frappe c’est le froid. Il fait froid ! Même avec nos 3 couches de vêtements, nous ressentons le froid des montagnes. Je me dis qu’en marchant plus vite, ça ira mieux, mais je ne peux pas aller plus vite, je suis LENT…

Comme pour la veille, nous nous arrêtons toutes les 10 pas. Le manque d’oxygène se fait vraiment ressentir. Nous sommes essoufflés, fatigués et chaque pas demande un effort de titan. Nous alternons montées et chemins plats pendant 3 heures. A chaque chemin plat, je crois être enfin arrivé, mais non, cela continue toujours !

J’entends les pas d’un cheval au loin. Je crois que mon imagination me joue des tours. Je me retourne et je vois une femme assise sur un cheval, qui lui est tiré par un guide. Je l’envie. Pendant une seconde, je contemple l’idée de me faire transporter jusqu’au col à dos de cheval. Ce serait tellement facile…

Puis je me dis que je n’ai pas fait toute cette route pour terminer à dos de cheval. D’autant plus que j’ai une peur bleue des chevaux. Non, non, non ! La raison me revient, et je continue mon chemin… de croix !

3 heures plus tard, nous arrivons enfin !

Nous arrivons au col de thorong La

Col de Thorong-La à 5416 mètres d’altitude. Nous avons réussi !

Vainqueurs du col de throng La

Petite photo de vainqueur sur le col de Thorong la.

Traversée du col de Thorong La à 5416 mètres d'altitude

On a gagné ! On a gagné ! On a gagné !

Avec le recul, je me dis que nous avons eu énormément de chance car le climat était parfait pour la traversée du col. j’imagine à quel point le parcours a du être difficile pour ces gens qui se sont retrouvés coincés dans la tempête qui se déchaîna sur le col, et tua plus de 40 personnes, seulement 4 jours après notre passage.

Après avoir pris quelques photos de gagnants sur le col de Thorong La, il était temps pour nous de commencer notre descente. 4 heure de marche en descente constante, à la fin de la journée nous avions les genoux en compote !

Descente du col de Thorong-La jusqu'au village de Muktinah

La descente du Col de Thorong La (5416 mètres) jusqu’au village de Muktinah (3800 mètres).

Vue pendant la descente du col de Thorong La

Les vues pendant la descente du col de Thorong La jusqu’au village de Muktinah.

5. Un repos bien mérité dans la ville de Pokhara.

Notre tour s’est terminé dans la ville de Pokhara, une ville tranquille au bord d’un lac. C’ets l’endroit parfait pour se relaxer et reprendre des forces :

Bateau sur le lac de Pokhara et nomadic boys

Sébastien essaie de pagayer sa barque sur le lac de Pokhara au Népal.

Un repos bien mérité après avoir passé deux semaines de fou !

Un repos bien mérité après avoir passé deux semaines de fou !

Nomadic boys se baignent dans le lac de Pokhara au Népal

Petite baignade dans le lac de Pokhara au Népal. Que c’est bon !