vue sur le lac Baikal

Lac Baïkal, dernière escale du transsibérien

Situé à 5200 km et à 5 jours de train de Moscou, le lac Baïkal est la destination idéale pour les voyageurs du transsibérien souhaitant faire un break avant de continuer leur route jusqu’en Mongolie.

Avec ses 636km de longueur, Baïkal est le sixième plus grand lac au Monde et représente plus de 20% du volume mondial en eau douce. L’eau est si pure qu’on peut la boire en nageant.

Notre séjour sur l’île d’Olkhon

L’île d’Olkhon est une destination populaire pour les routards et est facilement accessible depuis Irkutsk, ville-étape du transsibérien. La plupart des gens restent seulement deux trois jours sur l’île mais nous avions décidé de rester une semaine entière afin de profiter pleinement des paysages et de la tranquillité de l’île.

L'île d'Olkhlon sur le lac Baïkal

L’île d’Olkhlon sur le lac Baïkal

Le lac Baïkal est l’endroit rêvé pour les couchers de soleil et les amoureux de la photographie :

Coucher de soleil sur le lac Baïkal

Coucher de soleil sur le lac Baïkal

Un autre coucher de soleil sur le lac Baïkal

Un autre coucher de soleil sur le lac Baïkal

Nous avons même assisté à une invasion d’extraterrestres lors d’un coucher de soleil ou peut être était-ce l’explosion d’une bombe atomique ?

Formation du nuages sous forme de bombe atomique sur le lac Baïkal

Formation du nuages sous forme de bombe atomique sur le lac Baïkal

Durant l’hiver, le lac Baïkal est complètement pris par la glace. Ce n’est qu’a partir des mois de mai-Juin que les températures remontent et le lac dégèle. Une chance pour nous qui mourrions d’envie de nous baigner dans les eaux glacées du lac Baïkal :

Stefan défie les eaux à 10°C du lac Baïkal

Stefan défie les eaux à 10°C du lac Baïkal

La Cap Khoboi, au nord de l’île, attire de nombreux touristes venus admirer les vues spectaculaires sur le lac Baïkal :

Petite photo de groupe au Cape Khoboi sur l'île d'Olkhon

Petite photo de groupe au Cape Khoboi sur l’île d’Olkhon

Cape Kholboi sur l’île d'Olkhon, lac Baïkal

Cape Kholboi sur l’île d’Olkhon, lac Baïkal

Stefan admire la vue du cap Kholboi, île d'Olkhon

Stefan admire la vue du cap Kholboi, île d’Olkhon

C’est aussi l’endroit idéal pour observer les phoques lézardant au soleil :

Les phoques font la bronzette près du cap Kholboi sur le lac Baïkal

Les phoques font la bronzette près du cap Kholboi sur le lac Baïkal

D'autres phoques font la bronzette sur le lac Baïkal

D’autres phoques font la bronzette sur le lac Baïkal

Le peuple Bouriate du Lac Baikal

La majorité des habitants de l’île d’Olkhon sont des Bouriates. Le groupe ethnique d’origine Mongole est présent dans toute la région Est de la Sibérie.

Des indigènes Bouriates dans le village de Yalga sur l'île d'olkhon

Des indigènes Bouriates dans le village de Yalga sur l’île d’olkhon

Les Bouriates pratiquent le chamanisme. Un peu partout sur l’île, on trouve des totems sacrés dédiés aux esprits de la nature. Il est de coutume de faire un don aux esprits pour s’attirer les bonnes faveurs. Les dons ne sont pas nécessairement pécuniaires, il est possible d’offrir des cigarettes, du parfum, ou même encore des poils ou des cheveux !

Quelle aubaine pour Sébastien qui ne s’était pas rasé depuis quelques semaines :

Seb fait une offrande en nature au totem sacré de cap Khoboi sur l'île d'Olkhon

Seb fait une offrande en nature au totem sacré de cap Khoboi sur l’île d’Olkhon

Le petit village de Khouzir

Nous avons séjourné dans le gîte de Nikita dans le village de Khousir. C’est un endroit très populaire parmi les voyageurs du transsibérien. Si vous restez quelques jours, vous aurez peut être la chance d’assister à l’un de leur spectacle folklorique :

Nous avons également profité de cette semaine sur l’île pour approfondir nos connaissances culinaire russes et suivre un cours de cuisine pour apprendre la recette du vareniki, une sorte de ravioli.

Stefan, impatient d'essayer ses Varenikis fait maison

Stefan, impatient d’essayer ses Varenikis fait maison

Les habitants de Khouzir étaient plutôt sociables : lors d’une de nos escapades dans le bar local, un groupe de locaux nous invitèrent à boire des shots de vodka :

Nos nouveaux amis à base de vodka :)

Nos nouveaux amis à base de vodka :)

Stefan a même tenter de battre un Bouriate au bras de fer. Hélas la défaite fut cuisante :

De retour sur le transsibérien pour essayer l’omul :

Après une semaine relaxante, il était temps de reprendre le train afin de réaliser la dernière étape de notre voyage en Russie et rejoindre la capitale de la Mongolie, Oulan bator.

Cette partie du voyage fut de loin la plus scénique et la plus intéressante. Après avoir passé des jours en train à regarder les paysages monotones de la Taiga, nous étions enfin récompensé par la beauté du lac Baïkal :

Lac Baïkal vu du train

Lac Baïkal vu du train

Mais très vite nos provisions en nourriture s’épuisèrent…

En admiration devant le lac Baïkal

En admiration devant le lac Baïkal

…et il était VITAL pour nous de trouver quelque chose à se mettre sous la dent !

À la recherche de l’omul à bord du transsibérien :

L’omul est un poisson endémique du lac Baïkal qui est péché, fumé pour ensuite être vendu aux heureux passagers du transsibérien :

Seb, tête la première dans l'omul, le poisson fumé du lac Baïkal

Seb, tête la première dans l’omul, le poisson fumé du lac Baïkal

Normalement la vente d’omul à bord du transsibérien est illégale à moins de posséder une licence officielle du gouvernement. Par conséquent, acheter de l’omul fumé à bord du transsibérien est une expérience à ne rater sous aucun prétexte.

Des babouchkas avec leurs paniers remplis de poisson montent à bord en prétendant être des passagers du train. Dès que le train démarre, elles se promènent de Wagon en Wagon en chuchotant aux passagers leur numéro de siège et de voiture d’où elles administreront leur petit marché au noir.

Grâce à nos compagnons de voyage Russes, nous avons pu participer à ce petit business illégal et nous gaver de ce poisson délicieux pour notre déjeuner :

Degustation d'Omul à bord du transsibérien

Dégustation d’omul à bord du transsibérien

Cette derrière étape marqua la fin de nos aventure en Russie. Déjà, les steppes Mongoles, le lait de yak et la viande de mouton nous attendaient de l’autre coté de la frontière en Mongolie.